Éducation : lancement des négociations du ministre Manigat avec les syndicats d’enseignants

Le Ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) à travers son bureau de communication a informé du lancement des négociations entre le ministere et les syndicats d’enseignants autour de leur cahier de charges unique, ce vendredi 6 mai 2022.

Les délégués de la Plateforme Haïtienne des Organisations des Travailleurs en Éducation, de la plateforme des Syndicats d’Enseignants d’Haïti, et ceux de deux autres organisations, le Syndicat du Personnel Éducatif, et le Corps des Professeurs Militants Indépendants et non Syndiqués ; sont les différents organismes qui ont pris part à cette rencontre de lancement des négociations.

Le ministre Manigat, au commencement de cette réunion a fait mention de quelques éléments prioritaires relatifs à la stratégie d’orientation globale de ces négociations et il a aussi exprimé ses énormes préoccupations concernant les actions à entreprendre pour la préparation de la rentrée scolaire 2022-2023.

Cette première rencontre s’est tournée en grande partie sur le budget, la révision et finalisation de la grille salariale et au paiement des arriérés de salaire.

Les syndicalistes ont insisté sur l’urgence de la question liée au relèvement salarial, en considérant les difficultés économiques liées à l’inflation, mais le ministre a expliqué que cette question ne peut être adressée maintenant tout en précisant qu’il n’ignore pas la gravité de la situation, et tout en rappelant que le budget rectificatif est déjà élaboré pour l’exercice fiscal 2021-2022, qui s’achève dans trois mois n’en tient pas compte, mais il n’a pas écarté la possibilité que cet aspect de relèvement salarial soit pris en compte dans le budget 2022-2022.

Néanmoins il a assuré que d’autres avantages sociaux seraient inscrits dans le budget rectificatif 2021-2022 en mentionnant particulièrement la Carte professionnelle qui donnera droit au personnel enseignant à des tarifs préférentiels sur l’achat de certains biens et services et pour combler le vide du relèvement salarial qui ne peut être abordé dans l’immédiat, le ministre envisagerait une compensation sous forme de prime exceptionnelle qui serait accordée aux enseignants.

A la fin de cette réunion trois décisions ont été mises à terme:
1)La poursuite des discussions sur le relèvement salarial, au regard de la situation économique précaire, mettant ainsi les enseignants en grande difficulté sociale

2)Le transfert de quelques enseignants en difficulté de déplacement dans la région métropolitaine de Port-au-Prince, en raison de la violence des groupes armés

3)La nécessité de la création d’un Fonds de soutien aux syndicats

La prochaine rencontre est prévue après les festivités du 18 mai prochain.

Partager l'article article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *