CIRH |-. Des milliards de dollars pour la reconstruction galvaudés, Haïti toujours aux abois

CIRH |-. Des milliards de dollars pour la reconstruction galvaudés, Haïti toujours aux abois

Onze (11) ans après la création de la Commission Intérimaire pour la Reconstruction d’Haïti (CIRH)suite au tremblement devastateur du 12 janvier 2010, le pays reste toujours dans une situation difficile. Coprésidée par Clinton et le premier ministre haïtien d’alors Jean Max Bellerive, la commission carressait plusieurs projets et miroitait des milliards pour rebâtir Haïti. L’argent s’est volatilisé sans voir réellement un brin d’espoir se luisait aux yeux des haïtiens.

La séisme du 12 janvier 2010 a tué environ 300 000 personnes sur tout le pays, d’importants dégâts materiels ont été enregistrés. Le 14 août 2021, un autre séisme de magnitude 7.2 a frappé le pays, les dépatements du Sud, Grand’Anse et les Nippes sont les plus touchés avec environ 1300 morts, selon le bilan partiel communiqué par la Protection Civile, des milliers de maisons sont détruites, les habitants voient les sept couleurs de l’arc-en-ciel.

En Haïti, onze (11) ans après, les constructions anarchiques continuent sur le flanc des montagnes, dans les ravins etc… L’Ingénieur  Géologue Claude Preptit, en tout temps, appelle l’Etat face à ces dangers qui planent sur la tête de la Population comme une épée de Damoclès. La majorité de la population vie dans la pauvreté provoquée par la perte des biens, le pire, les crises politiques récurrentes ne laissent rien à tous ceux qui voulaient avoir un futur mieleux. 

La mauvaise gouvernance de l’Etat avec une commission qui improvise est la cause de ce gaspillage d’argent et de temps pour ne rien faire.

Qui gérait l’argent?

La CIRH comprenait 24 membres ayant droit de vote (12 représentants haïtiens et 12 représentants internationaux) et 4 membres d’autres secteurs sans droit de vote. 

I- Membres de la CIRH, nommés : avec droit et vote 

A: Partie haïtienne

1-SEM Jean-Max Bellerive, Coprésident 2-M. Lucien Francoeur (Chambre des députés) 3-M. Lucien Jean Bernard (Sénat de la République) 4-Dr Réginald Boulos (Secteur des Affaires) 5-Me Gary Lissade (Pouvoir Judiciaire) 6-M. Georges Henry Fils (Pouvoir Judiciaire) 7-M. Jean Claude Lebrun (Syndicat) 

8- M. Joseph G.  » Billy  » Louis (Autorités locales) 9-M. Raoul Pierre-Louis (Autorités locales) 10-Mme Suze Percy Filippini (Pouvoir Éxécutif) 

11-Dr. Marie Georges Salomon (Pouvoir Éxécutif) 

12-M. Claude Jeudy (Pouvoir Éxécutif) 

13-Dr Jean Raynald Clérismé (Pouvoir Éxécutif) 

14-M Jean- Marie Bourjolly (Pouvoir Éxécutif) 

B: Partie Internationale 1-Président William Jefferson Clinton, Coprésident 

2-M. Percival J. Patterson (CARICOM) 3-M. Pierre Duquesne (France) 

4-Mme Cheryl Mills (États-unis d’Amérique) 5-Mme Cristina Barrios (Espagne) 

6-M. Alexandre Abrantes (Banque Mondiale) 

7-M. Stefano Manservisi (Union européenne) 

8-M. David Moloney (Canada) 

9-M. Francisco Arias Cardenas (Venezuela) 10-M. Antonio Ferreira (Brésil) 

11-Mme Helen Clark (ONU) 12-M. Luis Alberto Moreno (BID) 

13-M. Halvor Saetre (Norvège) 

II- Membres de la CIRH, nommé: sans droit de vote 

1-Marie Carmèle Rose-Anne (ONG nationales) 

2-Maj. Joseph M. G. Bernadel (Diaspora haïtienne) 

3-M. Philippe Bécoulet (ONG internationales) 4-M. Ricardo Seintenfus (OEA)

Où est passé l’argent?

Au sein de la CIRH, les bailleurs imposaient leur volonté et allouent l’argent selon leur politique. Il contournent l’Etat en le rendant plus faible davantage, utilisant les ONGs pour appliquer leur politique sur le terrain. La commission a échoué, laissant derrière elle un lot de problème plus importants qu’avant. 

Onze ans après, aucune léçon n’a été apprise par les autorités haïtiennes de l’expérence douloureuse du 12 jamvier 2010. L’echec est visible et continue de se reproduire à travers la gestion des ONGs qui sont sur le territoire.

A quand le procès?

Partager l'article article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *