Edito|-.La stratégie inquiétante de Jovenel Moïse

Edito|-.La stratégie inquiétante de Jovenel Moïse

Le Président de la République, lors d’une adresse à la nation diffusée sur la Télevision Nationale d’Haïti (TNH) le 23 octobre 2020 réaffirme sa volonté de procéder à un changement constitutionnel en Haïti.

Cette stratégie du Président de la République commentée par plusieurs acteurs de la scène politique est inquiétante pour le pays et vient allumer une flamme sur le paysage politique déjà incandescent.

Après 1987, le pays est de plus en plus déchiré par des idéologies opposées entre les extrêmes droites et les extrêmes gauches, ne voulant jamais parvenir à une négociation pour sortir la terre de Dessalines de ce trou qui ne cesse de devenir plus profond à chaque minute qui passe. Une épée de Damoclès est suspendue sur la tête de la nation qui ne cesse de réclamer une meilleure condition de vie.

En Haïti le concept « démocratie » est vidé de son contenu. L e mot « République », une réalité figée. Les contradictions qui existent entre les différents groupes de la société et le pluralisme politique intoléré ne garantissent pas un cadre commun pour la paix civile et le developpement économique.

Jovenel Moïse, garant de la bonne marche des institutions, par sa stratégie de changer la constitution aurait à protéger sa peau et ses pairs du PHTK de la prison. En réalité, un changement constitutionnel pourrait engloutir le procès PETEROCARIBE et encore favoriser certaines dérives plus catastrophiques que dans les pouvoirs précédents.

Le Conseil électoral inconstitutionnel et illégal du pouvoir pourrait passer de « Provisoire » à « Permanent ». Celui de Léopauld Berlanger pourrait être la dernière à subir la passe de la Chambre des Députés et du Sénat.

L’opposition politique tourne le dos à un débat et un dialogue avec le pouvoir soit par malhonnêteté, par paresse intellectuelle ou par manipulation politique. Ce qui ouvre la voie à Jovenel Moïse et à ses conseillers stratèges de faire des marges de manoeuvre afin de réduire cette frange dite radicale (opposition radicale) à sa simple signification dans un « Dictionnaire de l’Ecolier Haïtien ».

La Constitution sera votée par voie référendaire qui est un instrument de « démocratie directe » car il permet au peuple d’intervenir directement dans la conduite de certains domaines de la politique nationale ou locale.  Donc, les haïtiens auront comme devoir d’exprimer leur pensée sur la nouvelle Constitution. Tenant compte de la situation insécuritaire dans le pays, la dictature des gangs armés institutionnalisés dans tous les départements, également de la force des partisans du pouvoir sur le terrain, la situation devient de plus en plus inquiétante, la Constitution pourrait êtra adoptée sans la participatiom réelle des citoyens avisés et intègres du pays. Cela peut encore conduire à un désordre total, doú l’intervention des forces étrangéres.

Haïti pourrait être touchée dans son coeur et les principes fondateurs de la démocratie et de notre nation pourraient être souillés si les différents acteurs de la scène politique ne se transcenderaient pas.

Partager l'article article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *