La dictature de Jovenel Moïse, une version améliorée des Duvalier.

La dictature de Jovenel Moïse, une version améliorée des Duvalier.

Depuis la séquestration maquillée du parlement par les forces de l’ordre il y a un an, empêchant certains sénateurs d’y accéder, nombre de gens pensaient qu’on trottait timidement vers une dictature. Aujourd’hui sous les yeux de toutes les institutions nationales et internationales, le pouvoir dictatorial mal caché du président de la république prend de plus en plus essain. La dictature d’avant 1986 revient en version améliorée.

BSAP, PNH, FAD’H comme bras armé pour réprimander les récalcitrants , hormis de la Constitution « Apredye » avance à grande enjambée sur un terrain blaissant rappelant de douloureux moments au peuple haïtien. Point de force ni pouvoir légalement constitué pour contrecarer ce petit bonhomme, il sabote tout, il va tout seul, il est le seul chef.

Le tableau est sombre , chacun assiste tristement au destin tragique qui attend encore des ames meurtris , un pays malade en profondeur . Opposants, de simples militants, passant par les policiers pour atteindre les juges, personne n’est épargné au jourg infernal des prisons civiles. Les décrets pleuvent, son pouvoir s’adurcit , les institutions républicaines s’évaporent.

Comme bon vieux garant de la bonne marche des institutions , il élimine celles qui peuvent lui servire d’embûche sur son passage. Le parlement n’existe plus depuis plus d’un an , la Cour des Comptes a été privé de son droit de contrôle a priori, la cour de cassassion vient d’être édentée. Les 3 pouvoirs du pays se réduisent en un seul qui culmine, domine et mattraque ceux qu’il veut.

Arnel Belizaire qui a osé dire non contre le régime s’est vu écrouer depuis plus d’une année. Des militants politiques, opposant à ce régime ont connu le même sort dont Gana assassiné après sa mise en liberté. Le pouvoir persécute ses détracteurs, c’est la chasse aux sorcières. Le sénateur Nenel Cassy en a été victime à Miragoâne, Sinal Bertrand a été intimidé également dans le sud. Les policiers qui accompagnaient le sénateur Nenel sont encore en prison. L’ancien maire Youry Chevry, opposant farouche du régime n’est plus libre de circuler à cause d’un avis de recherche émis par la DCPJ. Un juge de la cour de cassation , passible de la haute cour de justice, malgré son immunité a été emprisonné. Accusé de complot contre la sureté de l’état, d’autres juges ont été aussi visé par Apredye. Par un décret manumilitari , il élimine le fonctionnement de la cour de cassation en révoquant 3 des neuf juges malgré leur inamovibilité.

Le président poursuit son petit bonhomme de chemin dictatorial. Personne n’est épargné à cette machine infernale. L’unique greffier qui a accepté de prendre siège pour statuer en habeas corpus sur le cas du juge emprisonné illégalement a vu son poste parti en fumée quelque secondes après le procès. Il a été mis en disponibilité sans solde pour faute grave par l’autre bras zélé de « nonm bannann lan », son ministre de la justice incompétent. Ce dernier n’a même pas les verbes pour déffendre son chef dans ses bavures. La république que voici , on vit tous dans la boue; le pays est en lambeaux, les bras croisés on s’enfonce.

Quelle sera la prochaine décision de ce pouvoir et qui seront ses prochains victimes?

Partager l'article article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *