Appréciation spectaculaire de la gourde : l’oligarchie corrige le marché 

Appréciation spectaculaire de la gourde : l’oligarchie corrige le marché 

Depuis l’adoption du marché de change flottant en 1991, la gourde a connu seulement deux grandes appréciations. Il a fallu seulement quelques jours ou quelques semaines pour assister à une chute du taux de change. En 2004 après la chute de Jean Bertrand Aristide, elle passe de 39,75 à 27,75 gourdes à l’achat. En août 2020, il a fallu environ 120 gourdes pour un dollar, à la fin du mois de septembre, il a fallu 67 gourdes.  Ces derniers jours, on assiste à une appréciation spectaculaire de la gourde, le taux de change est passé de cent cinquante-cinq (155) Gourdes pour un (1) Dollar Américain à cent vingt-cinq (125) Gourdes pour un (1) Dollar Américain. D’où provient cette appréciation alors que les fondamentaux de l’économie ne sont pas respectés ?

Le taux de change est habituellement déterminé par le jeu de l’offre et de la demande sur le marché des changes. Aujourd’hui on constate qu’il n’y a pas vraiment une fluctuation au niveau de l’offre et la demande de devises pourtant l’on assiste une grande appréciation de la Gourde en une fraction de seconde. Cette grande appréciation de la Gourde évoquée doit nous amener à nous poser des interrogations. Qu’est-ce qui provoque la chute du taux de change? L’économiste Michaëlle PARAISON explique par ses réflexions nous aide à comprendre.

Le taux de change est la valeur d’une monnaie nationale ou devise par rapport à celle d’un autre pays. Il représente la quantité d’une devise étrangère que l’on peut acquérir avec une unité d’une autre monnaie. « Comme il s’agit d’achat et de vente, le marché des changes réagit selon les lois de l’économie, particulièrement celle de l’offre et de la demande. Si le dollar est rare, il faut en général plus de gourdes pour l’acheter. Et s’il est abondant, c’est l’inverse. C’est ainsi que le taux de change fluctue »

Les causes de la dépréciation de la gourde 

Préalablement, on disait souvent que la dépréciation continue et régulière de la Gourde résultait de:

 1. la faiblesse de la production car, nous importons beaucoup plus que nous exportons

 2. Le déficit budgétaire car, lorsque la Banque centrale finance ledit déficit par la création monétaire il peut y avoir sur liquidités or la Banque centrale ne peut agir ni en excès ni en insuffisance de monnaie car, toute augmentation de la masse monétaire qui va plus vite que le rythme de la production va générer l’inflation.

 3. L’anticipation des agents économiques en raison de la confiance placée plutôt dans le Dollar Américain. Ces derniers ne font qu’échanger la Gourde pour avoir le Dollar Américain

L’oligarchie applique ses propres théories

Aucune fluctuation au niveau des fondamentaux de l’économie susmentionnés pourtant, la Gourde s’est appréciée. Le phénomène qui s’est produit on peut le qualifier carrément d’une correction du marché effectuée rapidement par l’oligarchie et certains gens du secteur Bancaire car, la situation paraît défavorable pour eux quoiqu’ils disposent de beaucoup d’actifs en Dollars.

En somme, la dépréciation de la Gourde qui remontait à cent cinquante-cinq (155) Gourdes pour un (1) Dollar a été une dépréciation provoquée car,  les autorités monétaires de la Banque centrale ne détiennent pas vraiment le monopole de manipulation du taux de change mais, il y a plutôt une minorité qui peut faire apprécier ou déprécier la Gourde à volonté grâce à la spéculation.

Credit : Michaëlle PARAISON

Sources :

  • Michaëlle PARAISON, économiste
  • AyiboPost
  • La Toupie, taux de change

Partager l'article article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *