Le président malien  évincé du pouvoir par un coup d’état.

Le président malien évincé du pouvoir par un coup d’état.

Le président malien Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) a annoncé, dans la nuit de mardi 18 à mercredi 19 août, qu’il démissionnait et qu’il dissolvait le gouvernement et le Parlement après son arrestation plus tôt dans la journée par des soldats mutins.

« Je voudrais à ce moment précis, tout en remerciant le peuple malien de son accompagnement au long de ces longues années et la chaleur de son affection, vous dire ma décision de quitter mes fonctions, toutes mes fonctions, à partir de ce moment », a déclaré le président Keïta dans une allocution diffusée par la télévision nationale ORTM. « Et avec toutes les conséquences de droit : la dissolution de l’Assemblée nationale et celle du gouvernement », a-t-il ajouté.

« Je ne veux pas que du sang soit versé pour me maintenir au pouvoir », a-t-il poursuivi, visiblement fatigué, muni d’un masque de protection chirurgical. « Si aujourd’hui, certains éléments de nos forces armées veulent que cela prenne fin via leur intervention, ai-je vraiment le choix ? », a-t-il encore dit depuis une base militaire à Kati, aux abords de la capitale Bamako, où s’est produite la mutinerie et où il a été détenu.

avec France 24

Partager l'article article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *