Le Royaume-Uni exclut Huawei de son réseau de télécommunications 5G

Le Royaume-Uni exclut Huawei de son réseau de télécommunications 5G

La mesure sera appliquée progressivement. À partir de 31 décembre, les opérateurs de télécommunications ne pourront pas acheter de nouveaux équipements auprès de la marque chinoise.

Le gouvernement britannique a annoncé mardi l’exclusion progressive du géant chinois des équipements de télécommunications  Huawei  du développement du réseau 5G, qui sera achevé fin 2027, au risque d’aggraver les tensions avec Pékin.

« La 5G sera transformatrice pour notre pays, mais seulement si nous faisons confiance à la sécurité et à la résistance des infrastructures sur lesquelles elle est construite », a déclaré le ministre de la Culture et du Secteur numérique, Oliver Dowden, lors de l’annonce de la décision devant la Chambre des communs.

L’exclusion de  Huawei , dont le matériel est utilisé depuis des années dans le développement des réseaux britanniques 3G et 4G, se fera progressivement.

À compter du 31 décembre, les opérateurs de télécommunications ne pourront pas acheter de nouveaux équipements 5G au groupe chinois. Ils auront ensuite jusqu’à la fin de 2027 pour retirer tous les anciens éléments de Huawei de ses réseaux, a déclaré Dowden.

Le ministre a justifié cette décision en raison de « l’incertitude » provoquée par les sanctions annoncées en mai contre Huawei par Washington.

Le président Donald Trump accuse le groupe technologique chinois d’être un espion pour Pékin, ce que la société nie, et pour le couper, il est déterminé à l’empêcher d’accéder aux semi-conducteurs fabriqués à partir de composants américains.

Pour le gouvernement britannique, l’ utilisation de matériaux de remplacement par Huawei peut poser des risques de sécurité qui n’avaient pas été envisagés jusqu’à présent.

Tensions avec Pékin

« Malheureusement, notre avenir au Royaume-Uni a été politisé, c’est une question de politique commerciale américaine et non de sécurité », a dénoncé le porte-parole de  Huawei  à Londres, Ed Brewster.

Le porte-parole s’est également dit « déçu » par une décision qui « menace de ralentir » le développement numérique britannique et « d’augmenter les factures » des utilisateurs étant donné que les ordinateurs de leurs concurrents sont plus chers.

Cette décision contribuera sans aucun doute à exacerber les tensions avec Pékin.

La semaine dernière, l’ambassadeur de Chine à Londres Liu Xiaoming avait averti que l’exclusion de  Huawei  pourrait nuire à la réputation internationale du Royaume-Uni et éroder la confiance des autres investisseurs étrangers.

Et il a suggéré que cela montrerait que le pays se replie sous la « pression étrangère », en faisant clairement référence à Washington.

Les relations entre le Royaume-Uni et la Chine sont devenues plus tendues ces dernières semaines avec l’entrée en vigueur d’une loi de sécurité controversée, imposée par Pékin à Hong Kong – une ancienne colonie britannique – qui a provoqué une forte réaction de Londres.

En réaction, Downing Street a promis d’étendre les droits d’immigration, et éventuellement l’accès à la citoyenneté britannique, à des millions de Hong Kongais.

Suppression « complète » et « irréversible »

L’exécutif britannique présentera une nouvelle loi sur la sécurité des télécommunications, qui, espère-t-il, sera approuvée dès que possible, afin d’établir « un moyen irréversible pour l’élimination complète des équipements Huawei de nos réseaux 5G », a expliqué Dowden. 

La décision a été annoncée à l’issue d’une réunion du Conseil de sécurité nationale (NSC) présidée par le Premier ministre conservateur Boris Johnson.  

Le leader conservateur, qui lors de la campagne législative de décembre avait promis d’améliorer et d’étendre le réseau de télécommunications du pays, avait choisi en janvier de permettre à  Huawei  une participation limitée dans sa future 5G, citant un avantage technologique et économique par rapport à son concurrents.

Cependant, la semaine dernière, il a déjà suggéré un possible changement de position, soulignant les risques pour la sécurité nationale.

De grands opérateurs téléphoniques britanniques, tels que BT et Vodafone, ont averti que le retrait total de cet équipement de leurs réseaux 4G, sur lesquels la nouvelle génération est actuellement en cours de développement, serait « impossible » dans moins de dix ans et pourrait provoquer des pannes et problèmes de sécurité.

« Cela n’a pas été une décision facile, mais c’est la bonne pour les réseaux de télécommunications du Royaume-Uni pour notre sécurité nationale et notre économie », a déclaré Dowden aux députés. 

Partager l'article article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *