Le secteur démocratique et populaire se divise.

Le secteur démocratique et populaire se divise.

Après le départ de l’ancien senateur Kely C Bastien qui a confirmé qu’il a rencontré M Line Baltazar président du PHTK sous l’ordre du secteur démocratique, les sons se divergent. Le secteur démocratique se retrouve fragilisé par 2 groupes différentes, 2 versions opposées.

Dans une note portant la signature de Me André Michel, Senateur Nenel Cassy et Marjory Michel, parue le même jour de la démission de Kely Bastien du secteur démocratique ,ces membres du secteur ont déclaré qu’aucune défection majeure n’a été signalée au sein du parti. Ils ont profité pour signaler aussi que personne n’avait été mandaté pour rencontrer aucun proche du pouvoir en place au nom du secteur. « Si quelqu’un a décidé de négocier avec eux ,cela n’engage que lui » ont-ils déclaré.

Quelque heures après ,c’est le tour d’un autre son de cloche au sein du même secteur. Dans une note pour la presse intitulée « Not pou listwa ak laverite » portant la signature de 7 autres membres du même secteur, les signataires confirment que le senateur Kely Bastien a été bien mandaté par le secteur démocratique et populaire. « Quand le senateur Kely a annoncé que Line Baltazar voulait lui rencontrer , aucun membre du secteur présent à ce moment là n’y était opposé. Nous lui avons même demandé que PHTK écrive une note demandant que le président quitte le pouvoir le 7 fevrier 2022  » peut on lire dans la note portant les signatures de : Schiller Louidor, Evallière Beauplan, Kely C. Bastien, Joseph Manès Louis, Wilkenson Bruna, Ricard Pierre et Renord Joseph (Tiko).

  • Aprè rankont sa a, senatè Kely te bay yon rapò vèbal nan rankont regilye sektè ya nan Delmas 60 pyès manm sektè ya kite prezan pat konteste rapò a. Li enpòtan tou pou n siyale ke Senatè Antonio Cheramy te la nan rankont sa a, men li te gentan ale lè senatè Kely tap enfòme nou sou demann Liné BALTHAZAR

Va-t-on assisté à une rupture au sein du secteur démocratique et populaire?

Partager l'article article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *