Désepérés, des jeunes haïtiens se livrent à la consommation de la drogue et de l’alcool.

Désepérés, des jeunes haïtiens se livrent à la consommation de la drogue et de l’alcool.

La drogue et l’alcool gangrènent la société haïtienne. Des mesures doivent être prises.

Depassés par la dégradation de la situation sociopolitique et économique du pays durant ces dernières années, n’ayant aucun repère, beaucoup de jeunes haïtiens se refugient dans la drogue. Après les substances habituelles comme l’alcool, la marijuna, le crack, ils partent à la recheche d’autres procédés afin de trouver satifaction d’où l’apparition de la Fanta au menthe, 2 zéros, bicool etc.

Haïti depuis tantôt deux ans s’enfonce dans une crise sans précédent, les gangs sèment la terreur partout dans la Capitale et dans les villes de provinces, les cas de kidnapping se multiplient, la gourde perd en valeur devant la monaie américaine, l’inflation grimpe. Face à tous ses problèmes, ceux qui ont des moyens économiques fuirent le pays pour aller s’installer en République Dominicaine, Chili ou Brasil. Ceux qui restent sur la terre de Dessalines sont obligés de s’adapter avec la nouvelle réalité et au péril de leurs vie.

Écoliers, étudiants et des jeunes d’autres horizons, ils sont beaucoup à se livrer à la drogue afin de se tenir face à la situation diffice dans laquelle ils vivent. Marijuana, cocaïne, crack, alcool, d’autres mélanges sont aussi concoctés par ces dernier pour satisfaire leur soif.

Les enfants de rue et les jeunes sont les plus vulnérables. Sous l’influence de gens mal intentionnés, ils consomment toutes sortes de drogues pouvant leur mettre sous pressionafin d’affronter le quotidien. Interrogé a ce sujet, un groupe de jeunes nous confie qu’en absorbant la marijuna ou d’autres substances chimiques, ça leur rien « bien » malgré leurs effets nocifs sur la santé. « Haïti est un pays difficile, nous devons nous accomoder afin de survivre », lache l’un d’entre eux.

Selon un rapport de la CONALD en 2014, une enquête nationale diligentée sur la prévalence de la consommation de drogues en milieu scolaire indique que la consommation chez les écoliers était de 3,2 % et 2,3 % pour la cocaïne et la marijuana respectivement. De 2009 à 2014, une augmentation de 50% de consommateurs de marijuana, de cocaïne, de crack et autres substances a été observée, majoritairement jeunes.
(Source : Ayibopost)

La drogue et l’alcool gangrènent la société. Malgré les efforts de certains organismes travaillant depuis plusieurs années dans la prévention contre l’alcoolisme et les accoutumances chimiques, de plus en plus de jeunes se livrent à ces activités tout en oubliant les conséquences néfastes qu’elles peuvent causer.

Partager l'article article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *