Haïti est sur « pilotage automatique » depuis le 7 juillet 2021

Haïti est sur « pilotage automatique » depuis le 7 juillet 2021

Depuis après l’assassinat du Président de la République, Jovenel Moïse, le 7 juillet 2021, Haïti fait face à une crise politique plus aigüe que jamais. Les haïtiens d’ici et d’ailleurs se posent des questions parmi lesquelles : qui dirige Haïti?

Si l’opposition politique se prétendrait avoir la formule pour rompre avec l’ancien système après le départ de Jovenel Moïse, aujourd’hui « Nonm bannann lan » n’est plus, le pays fait un nouveau plongeon vers le bas, le navire haïtien se déferle en mettant en péril l’espoir sublime aspiré par un peuple depuis plus de deux cents ans.Le pays navigue seul sur un océan de tristesse et de désepoir, tous veulent êtrec aux commandes afin de mieux tirer profit. Le gâteau se partage chaque jour avec les mêmes profitards autour de la table.

La division dans l’ADN des politiciens haïtiens

Ce lundi 30 août 2021, des organisations de la société civile et des acteurs politiques se sont réunis une nouvelle fois dans le cadre d’un accord pour sortir le pays du trout dans lequel il se trouve. Des militants politiques guidés par des puissants mettent tout sous leurs pieds. Malheureusement ce sont toujours les vautours habituels qui se réunissaient toujours pour fixer le sort de l’agneau immolé.

Le Secteur Démocratique et Populaire (SDP) qui se considère comme le maître du destin d’Haïti se met de côté pour venir placer des barricades dans les rues quand ça ne vas pas, alors que cette frange avait discuté avec Daniel Foote, l’envoyé spécial des Etats Unis en Haïti. Peut-on dire que l’esclave respecte son maître?

Le SDP, #Nou Konsyan et leurs alliés voulaient atteindre la précieuse barque garnie , ils luttaient, éructaient, vociféraient afin de chasser Jovenel, le soit-disant malheur de l’époque. Ils vendaient une « transition de rupture » comme projet d’avenir et salvateur du pays , aujourd’hui le capitaine du malheur est mort, où est-il ce fameux et précieux projet? Le patron commun ne veut-il pas encore sa présentation? Était-il fictif? Et si les dizaines de militants, meurtris, chassés, emprisonnés et même assassinés à sa cause se serviraient aussi d’agneaux immolés pour une cause gratuite?

Ariel Henry, insignifiant

Se battant du bec et des ongles pour être au timon des affaires, Ariel Henry est pris aux filets glacés d’un Etat déjà ravagé par la corruption et la mauvaise gouvernance. Le médecin, après environ un mois sur son fauteuil à la primature peine à apporter une réponse à la crise qui secoue le pays. Le séisme du 14 août 2021 et la tempête tropicale Grace empirent le paysage économique d’Haïti déjà catastrophique. Les haïtiens vivent sans se préoccuper qu’il existe des autorités qui doivent régler leur cause.

Ayant le nom cité dans l’assassinat de Jovenel Moïse, Ariel Henry semble venir accomplir un travail que seul lui en connaît les résultats. Entre-temps, l’insécurité et le kidnapping rongent la population qui est déjà meutri par un ensemble de problèmes dont celui de l’inflation et la faim.

L’ancien ministre des affaires sociales a pour principale mission de réaliser les élections générales durant la fin de l’année 2021. Constesté, le Conseil Electoral continue de faire promotion pour le référendum sous le compte d’un Etat assujeti par une crise budgétaire sans pareille. Le Premier Ministre, sans aucune considération technique accepte de vilipender le pays au bénéfice de certains conseillers présidentiels démissionnaires et de certains ministres influents mais incompétents.

Un Sénat fantôme

Dysfonctionnel depuis le 7 février 2020, le Sénat Haïtien avec 10 sénateurs ne vaut rien dans la république que de gaspiller les maigres ressources de l’Etat. Dirigé par l’animal Politique Joseph Lambert, même les propositions de ce dernier ne sont jetées dans les poubelles par une partie des aspirants dirigeants. Une coalition de partis politiques voulaient que le Sénateur Lambert soit le Président du pays aprés le départ prématuré de #ApreDye, cette décision reste dans les tiroirs, Ariel est Président et Premier ministre.

Haïti est livrée à elle seule sous le compte du Bon Dieu, des politiciens et du secteur privé des affaires qui profiteront de la décadence de l’ État pour s’enrichir, mais personne pour décider de son biem

Partager l'article article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *