Martine MOÏSE continue de réclamer « JUSTICE » pour son mari assassiné le 7 juillet 2021

Martine MOÏSE continue de réclamer « JUSTICE » pour son mari assassiné le 7 juillet 2021

Blessée par balles en sa résidence privée à Pèlerin 5 alors que son mari ait été crapuleusement assassiné par des mercenaires, Martine MOÏSE continue d’exiger à la justice de faire lumière sur l’assassinat de Nèg Bannann lan. Dans un message publié sur sa page facebook, l’ancienne Première Dame promet de continuer la bataille.

Deux mois après l’assassinat de l’ancien Président de la République, Jovenel Moïse, les choses n’avancent pas. La justice ne se prononce pas encore malgré la désignation d’un juge devant conduire l’enquête pour déterminer tous les coupables. La Police Nationale d’Haïti est toujours à la recherche de cinq colombiens et de trois haïtiens dont l’ancien sénateur John Joël Joseph, un présumé auteur intellectuel du crime.

Entre-temps, Martine MOÏSE ne cesse de faire parler d’elle dans les médias. Dans un interview accordé à l’agence de presse Reuters, la veuve de #Apredye dit manifester de la volonté de participer aux prochaines présidentielles afin de continuer la bataille de son mari pendant qu’elle ne cesse de réclamer « Justice » pour M. Moïse.

Dans un message publié ce mardi 7 septembre 2021, date qui rappelle les deux mois d’assassinat du Président, Martine Moïse sur son compte affirme que l’ancien fils du Parti Haïtien Tèt Kale (PHTK) ait été assassiné pour sa foi et dans la lutte pour l’amélioration des conditions de vie de la population. « Sa fè 2 mwa yo kraze tout zo Prezidan Jovenel. Yo fèl pou yo di nou ke tèt kana pa gen dwa monte tab. Yo fèl pou yo di moun ki soti lwen lwen lwen yo pa gen dwa pran sant lavi miyò… » écrit-elle.

Pour l’ancienne Première Dame, elle n’a pas perdu seulement un mari mais aussi un frère, le peuple a perdu un leader qui luttait pour le mieux être de chaque citoyen. Accusant toujours les oligarches d’être responsables du malheur du pays, Martine Moïse affirme que la bataille n’est pas politique mais économique. « 2 mwa apre yo fin pete jel, asasine Prezidan Jovenel sovajman, mwen pèdi marim, frèm. Timoun yo pèdi papa yo. Pèp Ayisyen pèdi Lidèl la ki tap chanje kondisyon lavil, Batay la pa politik, li ekonomik… » a-t-elle publié.

Martine Moïse demande à la population de s’unir à elle pour réclamer « Justice » pour Jovenel Moïse. « Sa pa ka fini konsa » lance-t-elle.

Partager l'article article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *