Organisation des festivités carnavalesques et état d’urgence sanitaire. Quel paradoxe!

Organisation des festivités carnavalesques et état d’urgence sanitaire. Quel paradoxe!

Les 14, 15, 16 février 2021 sont les dates retenues pour le déroulement des activités carnavalesques dans le pays. Port-de-Paix, est la ville choisie par le Président Jovenel Moïse pour la tenue officielle de ces activités. Le Carnaval national de Jacmel est pour le 7 février 2021.

Entre-temps, le Ministère de la Santé Publique et de la Population (MSPP) alerte sur la montée des cas de Coronavirus en Haïti. Le numéro Un du MSPP, Marie Gretta Roy Clément réclame le retour de l’Etat d’urgence sanitaire afin d’éviter une deuxième vague de la maladie. Dans une correspondance adressée au Premier ministre Joseph Jouthe, le 11 janvier 2021, le titulaire du MSPP explique avoir fait cet appel en raison des multiples cas enregistrés dans le pays ces derniers jours.

Dans les rues de la ville de Jacmel, le dimanche 17 janvier 2021, les festivités pré-carnavalesques se sont déroulées avec la participation en grand nombre de la population. Les carnavaliers ignorent totalement l’existence de la maladie en Haïti. Sans masques de protection, sous le son du tambour et des bambous, ils dansent, s’embrassent, crient pour manifester leurs joies. Des badeaux s’amassent pour faire plaisir à leurs sens, d’autres s’empilent pour prendre des selfies.

Tout se déroule sous les yeux du Magistrat de la Ville, Macky Kessa et les autorités sanitaires du Sud-Est et même les yeux du Ministre de la Santé Publique car quelques chaînes étaient en direct sur les réseaux sociaux.

Par ailleurs, dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince et dans certaines villes de province, les actes de banditisme et de kidnapping effraient la population. Des familles sont appauvries davantage en versant des montants énormes aux ravisseurs pour une libération.

D’autre part part, l’opposition politique réclame sans condition le départ sans condition du Président de la République, Jovenel Moïse, le 7 février 2021. Des partis politiques et organisations de la société civile projettent de manifester dans les rues durant le mois de janvier et le début du mois de février pour arriver à bout de ce régime autoritaire.

Comment réaliser un carnaval avec tous ces problèmes? Il est un paradoxe de laisser dérouler les festivités dans les rues avec des milliers de personnes et dire qu’il a une augmentation vertigineuse des cas de coronavirus en Haïti.

Chers dirigeants, vous mentez!

Partager l'article article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *