Communication|-. L’internet et les réseaux communautaires en Haïti.

Communication|-. L’internet et les réseaux communautaires en Haïti.

 Avec l’arrivée des nouvelles technologies d’information et de communication,le monde a connu de véritable changement. Les différentes modalités d’utilisation de ces technologies créent un énorme rapprochement entre les sociétés et les TIC. Et au cœur de tout ça on trouve en particulier l’internet. Source de créativité,il intègre le cours de la vie quotidienne de presque toutes les sociétés. Le partage se fait à partir de plusieurs moyens et parmi eux on trouve les réseaux communautaires sans fil. Bien qu’il soit disponible dans deux nombreux pays en Haïti, l’internet et ses moyens de partage reste encore au stade des produits de luxe. A cet effet, comment le rendre accessible à tous ? Quelle perspective pour les réseaux communautaires sans fil? Pourquoi les choisir ?

Source :FB ISOC CHAPITRE HAITI

Pour Christian Huitema dans l’INRIA, »Internet c’est mettre l’intelligence à la périphérie des systèmes ». Partout dans le monde,les réalisations des cours électroniques,de plate-formes éducatives multimédias, d’universités virtuelles, de télétravail se multiplient. Où en sommes nous en Haïti ? Pour Jean Marie Altema (directeur de la CONATEL) l’internet est loin d’être à la portée de chaque foyer de chaque professionnel haïtien mais il est beaucoup plus présent dans les milieux de travail,dans les écoles et sur le téléphone portable. Les problèmes sont multiples.( Le marché de l’internet en Haïti- Haïti et son domaine ht.)

Seulement 12% ont eu accès à l’internet haut débit en Haïti en 2018 (JDN d’après Banque Mondiale). Peu de gens ont accès à un téléphone intelligent ,une surtable ou un ordinateur. La plupart de ceux qui en ont font usage,se réfèrent à l’internet fournit par les compagnies de téléphonie mobile à savoir la Natcom et la Digicel. Nul besoin de parler de la qualité,le service est loin d’être efficace. Ne vous étonnez pas d’entendre » Natcom konn vòlè plan mwa Mwen deja ou encore mwen fè plan entènèt Mwen mpaka itilizel e chak tan Digicel monte pri plan li yo Map chanje rezo. Et en réalité c’est du pareil au même. Encore dans ce pays pour trouver du signal dans certaines zones il est obligatoire de grimper des mornes. N’ayant eu aucun abonné à l’internet haut débit ( 500kbit/s) ,le nombre de serveurs sécurisés ne furent qu’au nombre de 12 en 2011.

Avec la pandémie COVID-19 nous avons eu l’opportunité de voir nos problèmes en vrai. Rares sont les universités qui sont parvenues à garantir des cours en ligne et celles qui sont parvenues ,les étudiants paient les frais. Mais cependant semblerait-il que seul l’ISOC CHAPITRE HAÏTI ( internet society) a vu cette peine et semble déterminé pour la palier. Il a offert 120 bourses pour une formation en réseau communautaire sans fil. En date du 10 juin 2020 il a écrit et je cite : » Considérant les opinions des plus avisés du monde entier sur l’importance du télétravail,de la formation à distance en cette période d’urgence sanitaire et comment l’accès à l’internet est devenu une nécessité tout en prenant compte ce défi d’accès qui rongent les milieux ruraux en Haïti
ISOC HAÏTI continu de plaider pour la mise en œuvre d’un plan permettant haut habitants des zones où il n’est pas encore économiquement viable pour les fournisseurs d’accès à l’internet de jouir un débit considérable . »

Le réseau communautaire sans fil est un ensemble de ressources mis en place en vu de permettre l’accès à l’internet à la communication dans une communauté par un groupe de gens. Il donne des avantages économiques et sociaux. Il réduit la fracture numérique ( inégalités d’accès au NTIC),l’accès à l’apprentissage en ligne. Pour y parvenir ,il faut prendre en compte les nombreux défis comme par exemple le manque de régulation,le problème de fréquence, les problèmes de retour sur l’investissement,lescommunautés à faibles pouvoir d’achat et les difficultés de pénétration.

Enfin faut il dire que le projet de développement des réseaux communautaires sans fil n’est pas impossible et l’internet ne doit pas continuer d’être un luxe pour les communautés rurales. Il doit inclure les autorités étatiques,la société civile,le secteur privé et la communauté technique.

Pourquoi choisir les réseaux communautaires sans fil ? l’internet peut être un bon moyen de développement pour le pays, il suffit de s’en rendre compte et d’emboîter le pas.

Jean-Marie Jean-Gilda. Comptable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *