SOS : La combustion des déchets en pleine rue à Port-au-Prince, un danger pour la santé et l’environnement.

SOS : La combustion des déchets en pleine rue à Port-au-Prince, un danger pour la santé et l’environnement.


L’incinération des déchets représente l’avantage de réduire le volume de détritus. En Haïti, plus particulièrement dans la zone métropolitaine, cette pratique se fait en pleine rue et en plein jour. Elle est devenue un phénomène de plus en plus courant dans les zones à forte concentration urbaine comme : le Centre-ville, Portail Léogane ( la ravine Bwat chèn) et d’autres zones environnantes. La fumée issue de la combustion de ces décharges représente un danger pour la population haïtienne.


L’incinération des déchets à Port-au-Prince se faisait dans le temps par les collecteurs d’objets en aluminium, boîte de conserves, fil de cuivre et autres. Aujourd’hui, cette activité devient un mode de gestion des déchets pour les riverain.e.s. Cette pratique devient malheureusement un instrument voire une forme d’expression lors des manifestations et des mouvements appelés «pays lock».


Les manifestants construisent souvent des barricades avec des tas d’immondices enflammés bloquant la voie aux véhicules. Des coins de rue souvent jonchés de tonnes de fatras sont souvent le théâtre de gigantesques flammes, brûlant, carbonisant des substances qui peuvent être toxiques. Ce sont là des usages que font les gens pour se débarrasser des déchets.


Brûler des tonnes de déchets à ciel en pleine rue et en plein jour ou en pleine nuit, représente un danger non seulement pour la santé des habitants des zones concernées mais aussi pour les chauffeurs qui fréquentent ces lieux car la fumée provenant de la combustion de ces détritus peut leur troubler la vue et causer des accidents qui peuvent être mortels. Des études scientifiques ont montré que les personnes âgées et les enfants sont les plus vulnérables à ces risques.


L’incinération de déchets à ciel ouvert, résulte de l’incapacité des autorités étatiques, depuis des décennies, à gérer les déchets solides de façon à respecter les lois environnementales et sanitaires destinées à protéger les personnes. Malheureusement, cette activité ne cesse d’augmenter dans la région métropolitaine. Elle pourrait devenir un habitude qui pourrait substituer celle qu’ont certaines personnes de déverser leurs déchets dans les canalisations au moment des averses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *