Affaire Dadou Yves Jean Bart, la Justice Haïtienne coule un bronze.

Affaire Dadou Yves Jean Bart, la Justice Haïtienne coule un bronze.

Accusé d’agression sexuelle dans un article paru dans les colonnes du Journal de « The Guardian », le désormais ex-président de la fédération haïtienne de football s’est trouvé dans de beaux draps. Son nom fait la une de tous les grands journaux nationaux et internationaux. Cela a conduit à sa suspension de service jusqu’à la fin d’une enquête diligentée par la FIFA qui lui a mis définitivement à la porte avec une amende d’un million de CFC.

Dans une course peut être à l’influence, la justice haïtienne, déjà connu pour ses acrobaties, tentait de sauver l’homme en le blanchissant de tout péché. Pendant que la nouvelle faisait la Une en Haïti , la décision de la FIFA est tombée moins de 48 heures après comme un couperet. Dadou Jean Bart est radié de toute activité sportive tant au niveau national qu’international. La justice Haïtienne est tourné en dérision.

Allez! vos péchés sont pardonnés Dadou.

C’est une chute énorme pour Haïti comme nation, une honte sans pareil. Un accusé de haut rang soit innocenté ainsi à la face du monde. Cela vient une fois de plus confirmé les dires du président Jovenel Moïse lors de son passage en France « Nos juges sont des corrompus, la justice se vend comme des lots de patates au marché ». Les plus capables n’auront guère la responsabilité de répondre à leurs actes. La preuve est bien grande, l’Affaire Me. Dorval, le dossier Petrocaribe restent dans les tiroirs.

Bienvenue en Haïti, où la seule exception en matière de justice est son pouvoir et son argent, sinon vous serez mis entre les 4 murailles du Pénitencier National ou la prison civile de la Croix-des-Bouquet sans même avoir un dossier de justice.

Les prises de bouche publique entre le ministre de la justice, Rockfeller Vincent et un parquetier, Me Jacques Lafontant, sur le dossier d’Arnel Bélizaire montre le niveau d »influence et de barbarie du système judiciaire en Haïti. Le ministre avait traité le commissaire de subalterne. Ce dernier répliquait et a mis en doute les études, l’éthique et l’intégrité morale du garde sceau d’Haïti. « À qui reproche-t-on la libération de plusieurs bandits impliqués dans des actes d’enlèvement, de viol et de vol de véhicules lorsqu’il était commissaire du gouvernement près le tribunal de première instance du Cap-Haïtien en 2006 ? », a lancé Me. Lafontant à Me. Rockefeller Vincent. Continuant avec ses séries de questions au ministre, «qui a été l’objet de révocation pour improductivité sous l’administration de l’ex-ministre Heidi Fortuné? »

Tous ces faits mettent en péril la Justice Haïtienne où presque toute la chaîne est touchée de plusieurs maladies : corruption, incompétence et clanisme.

Récemment, le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire vient de révéler que plus d’une dizaine de juges ne sont pas aptes à siéger comme magistrat à cause de leurs dossiers incorrects, pas de diplômes, usage de faux etc. Le CSPJ n’a t-il pas encore de très grands travaux à faire au sein de cette institution afin de balayer les corrompus ? Quel est le motif de ces deux décisions si antagonistes?

Une enquête biaisée.

Comnent Dadou Jean Bart peut-il être si innocent quand des preuves et des témoignages existent?

Un ancien cadre du centre de football haïtien a vivenement accusé le président de la fédération nationale de football d’avoir abusé sexuellement de jeunes joueuses pendant de nombreuses années et a exhorté ses victimes présumées à s’exprimer.

Antoine Doret, qui a passé 12 ans à travailler comme directeur technique du centre avant de le laiser en 2014, a affirmé avoir été témoin des abus sexuels du président à l’encontre des jeunes joueuses de moins de 18 ans et a déjà témoigné devant la Fifa.

Les familles sont pauvres, certaines familles n’ont que le football pour se retirer de la pauvreté même extrême. Des sources ont rapporté que le Dr. Jean Bart proférait des menaces à l’encontre des filles victimes pour ne pas témoigner.

Bienvenue en Haïti.

Malgré la faiblesse de la justice haïtienne et ses différents problèmes, il ne faut pas donner carte blanche à la FIFA, la corruption gangrène également cette institution, mais ça reste entre les murs quelques fois. Plusieurs hauts gradés de l’institution ont été mis à la porte pour leur gestion déloyale dont Sepp Blatter et Leo Windtner

Finalement où faut-il se situer dans cette affaire?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *